Vermeer PDF, EPUB

David Stork, un scientifique en imagerie et ancien professeur de Stanford avec une carrière secondaire dans l’analyse d’art assistée par ordinateur, était le principal critique scientifique de Hockney et Steadman il y a dix ans.


ISBN: 2850251658.

Nom des pages: 260.

Télécharger Vermeer gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Redécouvert à la fin du XIXe siècle, l’art de Vermeer n’a cessé depuis d’intriguer, d’émerveiller. Vermeer en effet est différent : de ses contemporains hollandais, de son siècle, de toute la peinture. Avec lui la représentation s’en est allée si loin qu’il semble que l’énigme du visible ait été rejointe, touchée comme jamais. Mais cette perfection que tous lui reconnaissent est elle-même une énigme : comment, pourquoi, dans quelles conditions, entouré de qui Vermeer a-t-il peint ces scènes silencieuses dont la magie nous subjugue ? A toutes ces questions ce livre apporte moins une réponse qu’un faisceau d’éléments permettant à chacun de répondre par soi-même. Trois points de vue différents ont été ici réunis : Celui de Gilles Aillaud, peintre et écrivain, dont on pourrait dire que l’approche est philosophique si l’extrême concision du langage ne venait donner avant tout à son texte l’allure d’un essai limpide sur la limpidité. Celui de John Michael Montias, aura consisté à dénouer, à l’issue de patientes recherches, les fils de l’histoire matérielle de la vie de Vermeer : ses origines sociales, son environnement familial, ses biens, ses contacts avec la peinture de son temps, sa ville, c’est tout cela que le lecteur découvrira en avançant dans cette partie du livre. Le point de vue d’Albert Blankert, enfin, est celui, indispensable, de l’histoire de l’art. Comprendre l’originalité de Vermeer, c’est la situer dans l’art hollandais du XVIIe siècle, c’est chercher à saisir et à situer les influences, les similarités, dans les thèmes comme dans les techniques, c’est encore retracer le travail secret de l’œuvre au cours des siècles, jusqu’à sa reconnaissance universelle tardive. A ces approches qu confrontent les regards issus de plusieurs disciplines et de plusieurs traditions critiques viennent s’ajouter un catalogue de l’œuvre, une fortune critique, une bibliographie, une chronologie, un index. Les illustrations comprennent tous les tableaux de Vermeer reproduits en grand format et en couleurs. S’y ajoutent de nombreuses œuvres des contemporains de Vermeer et des documents relatifs à sa vie et à sa ville, Delft. Avec cette monographie incontournable parue à l’origine en 1986, le lecteur disposera à la fois d’un outil indispensable à la connaissance de Vermeer et d’une occasion de revenir sans fin et dans les conditions les plus séduisantes sur l’œuvre sans doute la plus méditative de toute l’histoire de la peinture occidentale.

Entrez votre adresse email et nous vous enverrons nos meilleures offres. On sait très peu de choses sur l’éducation précoce de Vermeer et pourquoi il a décidé de poursuivre une carrière de peintre, mais en Décembre 1653, il a été enregistré comme un maître peintre dans la Guilde Saint Luke. Vous pouvez nous aider à revoir et, espérons-le, à publier votre contribution en gardant quelques points à l’esprit.

Les quelques exceptions célèbres à ses scènes d’intérieur incluent La Petite Rue (Rijksmuseum, Amsterdam), Vue de Delft (Mauritshuis, La Haye), et la fin Allégorie de la Foi (32.100.18). Quelques études de silhouettes de personnages, comme la célèbre Jeune fille à la perle (Mauritshuis), doivent être basées sur des modèles vivants, mais ne devaient pas être considérées comme des portraits. Le contenu de ce site ne peut être reproduit, distribué, transmis, mis en cache ou autrement utilisé, sauf avec l’autorisation écrite préalable de Condé Nast. Pourtant, les similitudes globales dans le sujet, la composition et les figures indiquent que Van Mieris avait étudié la peinture de Ter Borch en préparation de la sienne. La National Gallery a choisi de se concentrer sur la relation de Vermeer avec la musique.

This entry was posted in Beaux livres. Bookmark the permalink.