La souffrance sans jouissance ou le martyre de l’amour : Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face PDF, EPUB

Il propagea cette forme de prière en obéissance à une révélation reçue de la Sainte Vierge, à laquelle il recourut à cette fin, vers l’année 1206, et c’est à lui que nous devons la propagation d’une dévotion qui, pendant de nombreux siècles, a produit le plus de des résultats merveilleux dans le monde chrétien.


ISBN: 2020978687.

Nom des pages: 218.

Télécharger La souffrance sans jouissance ou le martyre de l’amour : Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Ce livre part d’un paradoxe : il y a des analogies entre le discours de Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face (Thérèse de Lisieux) et celui du patient en psychanalyse. Pourtant, cette  » patiente  » anorexique ou mélancolique d’un hypothétique psychanalyste a été proclamée  » docteur de l’Église  » catholique en 1997, centenaire de sa mort. Alors, docteur ou malade ? Dans ce petit livre, Denis Vasse ne nous parle pas de Thérèse de l’extérieur, avec un discours qui nous exclurait de son expérience spirituelle à elle (ou à lui…). Thérèse évoque l’amour de Dieu avec des mots déconcertants de  » petite fille « . Ce n’est pourtant pas une histoire de midinette. Car il est question de notre humanité : nous sommes appelés à devenir  » homme  » au cœur de nos maladies, de nos symptômes, de nos ambivalences. En parlant de l’humanité de Thérèse, il parle de nous, de chacun de nous. A travers des rapports familiaux totalement névrotiques s’est révélée, en Thérèse, la transcendance du désir, du désir de Dieu. C’est pourquoi, en elle, à travers elle,  » ça  » ne parle pas uniquement d’une autre, mais d’un Autre en nous. N’est-ce pas  » ça  » aussi, qui explique le succès persistant, aujourd’hui, des écrits de Thérèse auprès d’un large public ?

Dans cette école d’art, Thérèse et ses sœurs «ont appris à sympathiser avec les souffrances des humbles, à se lamenter sur leurs humiliations et à apprécier la dignité éminente des enfants de Dieu» (Famille 170). Je me sens le plus en sécurité, le plus aimé en sa présence, sous son manteau qui ne faiblit jamais, même dans la situation la plus terrible. Les enfants sont inséparables et suffisent amplement.

Cette haine de toute inégalité est allée jusqu’à pousser des personnes de haut rang à risquer de perdre leur position pour éviter d’accepter la supériorité d’une autre. O mon Jésus, moi aussi, je me sens blessé et oppressé par les tours du diable qui me trouble dans ma vie quotidienne ou pendant la nuit, m’empêche de remplir mon devoir d’État, et de plus, me tente de m’éloigner de Toi en abandonnant pratique et la foi chrétienne. Je vais vous donner un exemple frappant, ce qui, j’en suis sûr. Puis, tout à coup, Thérèse se ressaisit et essuya ses larmes.

This entry was posted in Scolaire et Parascolaire. Bookmark the permalink.