Etre pasteur au XVIIe siècle : Le ministère de Paul Ferry à Metz (1612-1669) PDF, EPUB

Cela lui permit de porter le titre Dauphin jusqu’à son couronnement, après 1350, tous les héritiers apparents de la France portèrent le titre de Dauphin jusqu’à leur couronnement.


ISBN: 2753535965.

Nom des pages: 153.

Télécharger Etre pasteur au XVIIe siècle : Le ministère de Paul Ferry à Metz (1612-1669) gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Les conditions d’exercice du ministère pastoral dans la France réformée du régime de l’édit de Nantes (1598-1685) sont encore mal connues. L’étude de l’univers social et culturel de Paul Ferry (1591-1669), pasteur à Metz de 1612 à sa mort, permet l’analyse des formes et des modèles de la carrière pastorale. Le ministre, type de clerc radicalement différent du prêtre catholique, doit toujours assurer les fidèles de leur salut dans leur foi, surtout par la prédication, mais aussi par l’administration des sacrements et par l’acculturation, en tentant d’imposer la morale et la discipline réformées. Même la vie «privée» du pasteur est une modalité d’édification de son troupeau, en donnant l’exemple d’une bonne vie chrétienne. Il agit également en défenseur de sa communauté, en se muant en guide politique et en porte-parole de son Eglise, notamment face à la controverse catholique et aux pouvoirs, mais aussi en historien, en écrivain, ou en directeur de collège. Par toutes ces diverses fonctions assumées au nom de son ministère, Ferry constitue un modèle, parfois contesté, de pasteur sous le régime de l’édit de Nantes.

L’arbre généalogique de Joan, représentant son père, sa mère, sa belle-mère, elle-même et son demi-frère. Il était le fils du duc Robert II et Agnes de France. Son fils et petit-fils, Guillaume Ier et Richard Ier, utilisaient les titres comptés, avant 1066, le titre le plus commun du chef de la Normandie était le Comte de Normandie ou Comte des Normands.

La naissance d’un héritier en 1312 améliora temporairement la position d’Edward II par rapport à l’opposition baronniale. Cette lutte ne servit qu’à rehausser la réputation de Philippe, car il paraissait être un réformateur sobre et honnête par rapport au Louis débauché et irresponsable. Aussi tard que le règne de Guillaume II, le souverain de Normandie pouvait se nommer prince et duc, comte de Normandie comme s’il ne savait pas quel devait être son titre. Quand Philippe II refusa de s’impliquer, l’Odo s’avança avec le soutien des évêques et de ses vassaux.

This entry was posted in Humour. Bookmark the permalink.